AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesJeuxConnexion
Partagez | 
 

 Les différentes églises :

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Admin
Admin


Messages: 95
Date d'inscription: 07/02/2008

MessageSujet: Les différentes églises :   Ven 29 Fév - 3:25

Orthodoxie


Le Christianisme orthodoxe ou Orthodoxie est une des trois principales confessions (et non religion) du christianisme. Il est organisé en de nombreuses Églises territoriales (et non nationales) qui forment ensemble l'« Église orthodoxe » ou « Communion orthodoxe ».

Les Églises orthodoxes sont nées ou fondées dans l'antique zone de culture grecque, c'est-à-dire dans la zone orientale du bassin de la Méditerranée. Ce groupe d'Églises partage une compréhension, un enseignement et des offices d'une grande similitude avec un fort sentiment de se considérer les unes les autres comme les parties d'une seule Église. La Bible et la Liturgie sont lues dans les langues nationales actuelles ou anciennes.

Les Églises orthodoxes représentent dans le monde la deuxième plus grande confession chrétienne en nombre de fidèles après l'Église catholique.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://identitechretienne.roomforum.com
Admin
Admin


Messages: 95
Date d'inscription: 07/02/2008

MessageSujet: Re: Les différentes églises :   Ven 29 Fév - 3:28

Maronite


L'Église maronite est une des Églises catholiques orientales. Le chef de l'Église porte le titre de Patriarche maronite d'Antioche et de tout l'Orient. Il a sa résidence à Bkerké au Liban. Le titulaire actuel est Son Éminence le cardinal Mar Nasrallah Boutros Sfeir.

Le titre "Mar" veut dire "Monsieur" en syriaque. Dans la tradition maronite ce titre est également donné aux saints. Les patriarches Maronites portent toujours le nom "Boutros" en second prénom, en référence à Pierre, fondateur de l'Église d'Antioche.

Le titre de Patriarche d'Antioche est très disputé et est actuellement porté également par quatre autres chefs d'Église.

En 451, au concile de Chalcédoine, les maronites se tiennent à des positions claires et, avec le concile, soutiennent que le Christ est Dieu et homme à la fois, ayant deux natures : divine et humaine. Ils agissent en défenseurs intraitables du concile et de leur alliance avec le pape. C'est alors que les ennemis du concile de Chalcédoine devinrent les ennemis des maronites qui donnèrent 350 martyrs en 517 et commencèrent à gagner par groupes le territoire de ce qui allait, par la suite, devenir le Liban. Historiquement ce fut après cet événement que le terme "maronite" a été employé pour désigner particulièrement les disciples de Maron et plus généralement les personnes qui suivaient la foi de ses disciples. Les habitants du Mont-Liban se sont convertis vers la fin du Ve siècle au christianisme, grâce à quelques disciples de Maron, et devinrent maronites. Le plus connu parmi ces disciples était Abraham de Cyrrhus dont le nom fut donné au fleuve au bord duquel il habita et enseigna au nord de Beyrouth, le fleuve d'Abraham anciennement nommé le fleuve d'Adonis. Les maronites de la montagne libanaise accueillirent leurs frères qui venaient des alentours d'Antioche et ensemble, ils poursuivirent leur mission.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://identitechretienne.roomforum.com
Admin
Admin


Messages: 95
Date d'inscription: 07/02/2008

MessageSujet: Re: Les différentes églises :   Ven 29 Fév - 3:29

Copte


« Copte », à l'origine signifie tout simplement « égyptien ». Depuis l'époque islamique ce terme, élaboré à partir du grec « Eguptes » par le biais d'une transcription arabe « al Coht », désigne surtout le chrétien égyptien, et plus particulièrement celui qui appartient à l'Église égyptienne. À partir du Ve siècle, celle-ci affirme sa spécificité, proclamant sa complète autonomie tant à l'égard de l'Église « impériale » (melkite) – considérée comme inféodée à l'Empire byzantin – que des décisions promulguées par le concile de Chalcédoine. Pour comprendre cette situation, nous nous sommes adressés au père Dalmais, éminent spécialiste du christianisme d'Orient.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://identitechretienne.roomforum.com
Admin
Admin


Messages: 95
Date d'inscription: 07/02/2008

MessageSujet: Re: Les différentes églises :   Ven 29 Fév - 3:30

Catholicisme araméen


Les différents termes utilisés pour nommer les Araméens, ne donnent qu’une différence religieuse, mais pas ethnique. Leur territoire ancestral est divisé entre plusieurs pays : Turquie, Syrie, Iraq. Les déplacements de population, surtout au XIXe et au XXe siècle, pendant les guerres, ont formé d’importantes communautés en Iran, au Liban et en Arménie, de plus petites en Jordanie et en Israël. On compte également d'autres petites communautés à l’Ouest de la Turquie, en Géorgie, en Palestine, à Chypre et en Azerbaïdjan. La diaspora est nombreuse en Russie, aux Emirats Arabes Unis, aux Etats-Unis et en Europe occidentale (France, Suisse, Belgique, Suède, Allemagne).

Les Araméens chrétiens se dénomment eux-mêmes "Surayeh" et appellent traditionnellement leur langue "Sureth". En turc ils sont nommés "Süryani" et leur langue le "Süryanice" ou "Aramca".
Le terme Assyrien est très proche du terme indigène Surayeh, mais date du XIX° ou du XX° siècle, sur une initiative protestante et est depuis appliqué en générale aux Nestoriens, parfois aux Syriens orthodoxes (jacobites), voire aux catholiques syriens.

Le terme chaldéen a une origine purement occidentale et c'est l’Eglise romaine qui l'a diffusé auprès des autochtones afin de différencier ses fidèles de ceux demeurés nestoriens.

Après leur conversion au christianisme, les Araméens occidentaux optèrent pour l'orthodoxie avec le grec comme langue religieuse : ce sont les melkites, dont une fraction se rallia au catholicisme au XVIIIe siècle. Un petit groupe d'Araméens orientaux, les maronites, n'acceptèrent pas l'orthodoxie, adoptèrent le monothélisme puis, à partir des croisades, se rallièrent au catholicisme. Cependant, les maronites avaient adopté et ont conservé comme langue religieuse le syriaque-édessénien qui est un dialecte araméen oriental.

Les Araméens orientaux adoptèrent le christianisme mais refusèrent l'orthodoxie.
Ceux qui étaient dans l'empire byzantin créèrent l'Eglise syrienne-jacobite qui se rattache au monophysisme. Au XVIIIe siècle, une fraction de l'Eglise syrienne se rallia au catholicisme : c'est l'Eglise syrienne-catholique, principalement formée par des émigrés au Liban et en Syrie occidentale.

Ceux des Araméens orientaux qui étaient dans l'empire persan créèrent l'Eglise nestorienne. A partir du XVIe siècle, une fraction des nestoriens se rattacha au catholicisme : c'est l'Eglise appelée chaldéenne.

La langue et l’écriture

L’araméen oriental (syriaque-édessénien) est appelé traditionnellement sureth : provenant du fait que cette langue aurait été apportée par des missionnaires venus de Syrie, parlant le syriaque, mais l'araméen était parlé dans cette région bien avant l'apparition du syriaque proprement dit, et les Chaldéens d'aujourd'hui ne sont pas plus particulièrement descendants des Assyriens que les populations qui les entourent.
Le dialecte syriaque-édessénien fut une grande langue littéraire, et demeure la langue religieuse de ces quatre Eglises (Syrienne-jacobite, Syrienne-catholique, nestorienne, chaldéenne-catholique).

Du point de vue de la langue, la situation peut se résumer ainsi : d'une part le syriaque-édessénien, araméen médiéval d'Edesse (l'actuelle Urfa), langue littérale et liturgique, utilisée par toutes les églises du Proche-Orient et d’Anatolie (sauf les Grecs, les Turcs et les Arméniens). D'autre part les différents dialectes qui forment la langue parlée moderne, sentie comme issue du syriaque oriental.
Dans la partie occidentale, en Syrie et au Liban, il restes quelques traces d'un araméen occidental moderne, mais a complètement disparut de la région d’Antioche (Turquie).

Les Araméens orientaux sont de loin les plus nombreux : on les trouve de façon très homogène dans le Tur Abdin, région de Mardin et de Midyat (en Turquie), dans le Hassetché syrien, le nord de l’Iraq, en Arménie et le Rézayèh iranien, sans compter les importantes communautés établies dans les grandes villes : Diyarbakir, Istanbul, Bagdad, Téhéran, Erivan et en diaspora : Paris, Toulouse, Grenoble, Liège, Lucerne, Stockholm, etc.


Dernière édition par Admin le Ven 29 Fév - 3:40, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://identitechretienne.roomforum.com
Admin
Admin


Messages: 95
Date d'inscription: 07/02/2008

MessageSujet: Re: Les différentes églises :   Ven 29 Fév - 3:31

Traditionalisme


Le catholicisme traditionaliste (ou traditionalisme) s'oppose, depuis Vatican II, au catholicisme réformateur souvent improprement nommé « progressisme ». Il constitue un courant organisé[1] composé de catholiques romains qui désirent voir maintenus les usages du culte et des coutumes du corps général du catholicisme tels qu'ils étaient pratiqués avant les réformes qui ont suivi le Concile Vatican II, qui eut lieu de 1962 à 1965.

Le point commun de ces catholiques est l'attachement au rite tridentin, rite romain codifié par le pape saint Pie V en 1570, à la suite du concile de Trente.

Après une longue crise depuis 1970, marquée notamment par l'excommunication de Mgr Lefebvre en 1988, l'Église a réintégré des prêtres traditionalistes isolés ou des groupes – dont l'abbé Laguérie en septembre 2006 –, et vient, par le motu proprio Summorum Pontificum, accompagné d'une lettre pastorale, publié le 7 juillet 2007 par le pape Benoît XVI, de confirmer que la messe de saint Pie V (la messe en latin antérieure au concile Vatican II célébrée selon le missel publié en 1962 par le bienheureux pape Jean XXIII) n'a jamais été abrogée et de faciliter l'usage de l'ensemble du rituel traditionnel (notamment, la Messe, les sacrements du Baptême, du Mariage, de la Pénitence, de l’Onction des Malades, de la Confirmation, la lecture du Bréviaire).

messe traditionnelle connue aussi sous le nom de « latine » ou « grégorienne » dite de « saint Pie V », par opposition au Novus Ordo Missae (ou réforme liturgique) et l'attachement à la « Tradition de l'Église » sont les deux principales revendications de cette forme de catholicisme.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://identitechretienne.roomforum.com
Admin
Admin


Messages: 95
Date d'inscription: 07/02/2008

MessageSujet: Re: Les différentes églises :   Ven 29 Fév - 3:32

Catholicisme


On appelle catholicisme l'ensemble des dogmes, des institutions et des préceptes de l'Église catholique romaine, c'est-à-dire telle qu'elle se comprend depuis l'« intronisation » de l'apôtre Simon-Pierre par Jésus-Christ[non neutre] : « Tu es Pierre et sur cette pierre, je bâtirai mon Église », les différents conciles œcuméniques, notamment le concile de Trente (1545-1563) et les conciles Vatican I et II qui forment la « Tradition ».

L'Église catholique se caractérise par la reconnaissance de l'autorité du pape, évêque de Rome et successeur de saint Pierre, et par la communion entre les fidèles. Elle est une Église eucharistique, car sa communion repose sur la présence du Christ dans la sainte communion.

Le mot « catholicisme » est tiré de l'adjectif grec καθολικός / katholikós signifiant « général », « universel ». Le mot est apparu tardivement dans la langue française (1598) et n'est devenu courant qu'à partir de 1794 (on lui préférait auparavant « christianisme »).

Selon les chiffres communiqués par Rome et publiés chaque année dans le Britannica Book of the Year, le nombre de catholiques dans le monde augmente dans les mêmes proportions que la population mondiale, avec environ 1 milliard de baptisés, dont plus de 600 millions pour le seul continent américain et 250 millions en Europe (ces données englobent les 10 à 12 millions de catholiques orientaux dits « uniates »).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://identitechretienne.roomforum.com
Admin
Admin


Messages: 95
Date d'inscription: 07/02/2008

MessageSujet: Re: Les différentes églises :   Ven 29 Fév - 3:33

Charismatisme


Le Renouveau charismatique est un phénomène observé dans différentes communautés chrétiennes catholiques. Il tire son nom des charismes, ou « dons de l'Esprit Saint », répandus au sein de ce mouvement. Il est aussi appelé « renouveau pentecôtal », en raison de l'expérience de la personne de l'Esprit-Saint vécue comme à la Pentecôte. Il s'inspire beaucoup dans ses pratiques du pentecôtisme apparu au début du XXe siècle dans certaines églises protestantes américaines.

La caractéristique principale des groupes charismatiques est le rôle essentiel qu'ils accordent à l'Esprit Saint dans leur vie, notamment à travers l'expérience du « baptême dans l'Esprit Saint », appelé aussi « effusion de l'Esprit » pour éviter la confusion de sens avec le baptême chrétien. Cette expérience consiste en une rencontre forte de la personne du Christ grâce à l'Esprit-Saint. Les personnes qui l'ont vécue évoquent fréquemment les changements suivants : désir de prier, plus grande charité, joie (louange), désir d'approfondir la parole de Dieu. Les groupes de prière charismatiques s'appuient par ailleurs fortement sur la Bible.

Pour les groupes charismatiques, il ne s'agit pas d'une doctrine nouvelle mais d'un simple retour aux origines du christianisme où l'Esprit-Saint tenait une place importante, tel que le décrivent les Actes des Apôtres, et la première épître de Saint Paul aux Corinthiens aux chapitres 12, 13 et 14.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://identitechretienne.roomforum.com
Admin
Admin


Messages: 95
Date d'inscription: 07/02/2008

MessageSujet: Re: Les différentes églises :   Ven 29 Fév - 3:34

Calvinisme


Le calvinisme est une doctrine théologique chrétienne, protestante, élaborée par Jean Calvin dans son Institution de la religion chrétienne, et développée par Théodore de Bèze.

Le Calvinisme prit naissance vers 1536 à Genève, où il n'a pas cessé de dominer jusqu'au XIXe siècle. Il se répandit bientôt dans plusieurs cantons de la Suisse, en France, aux Pays-Bas, en Angleterre, en Écosse, aux États-Unis, etc.

Présent essentiellement en France, en Écosse, en Suisse, aux Pays-Bas et en Afrique du Sud, le calvinisme insiste particulièrement sur l'importance de la grâce divine dans le salut, et sur les fruits de cette grâce tant dans la vie du croyant que dans la société chrétienne.

Il comporte une doctrine affirmée de la prédestination. Il insiste également sur l'importance de la culture et des valeurs culturelles, ainsi que sur l'importance du commerce.

L'une des doctrines controversées du calvinisme est la sécurité éternelle : cette doctrine tolère l'apostasie car elle dit qu'il suffit de croire une seule fois. À une certaine époque, les calvinistes étaient souvent accusés d'extrémisme religieux.

Des auteurs dont Max Weber ont vu un lien entre l'essor de la révolution industrielle aux Pays-Bas et en Angleterre et le Calvinisme. Le calvinisme, à la suite de Luther, se rapproche de la pensée de saint Augustin.

Aujourd'hui mélangé à d'autres courants théologiques du protestantisme, il reste présent (majoritaire ou très minoritaire) dans les Églises réformées.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://identitechretienne.roomforum.com
Admin
Admin


Messages: 95
Date d'inscription: 07/02/2008

MessageSujet: Re: Les différentes églises :   Ven 29 Fév - 3:35

Luthéranisme


Le luthéranisme est la théologie fondée à partir des écrits et des pensées de Martin Luther. C'est ensuite devenu le regroupement des Églises protestantes luthériennes se rattachant à cette doctrine. C'est pourquoi, on parle de luthérien, d'Églises luthériennes ou de théologie luthérienne.

La théologie de Luther est le bien commun de l'ensemble de la réforme protestante. Il existe par ailleurs des courants théologiques se référant plus spécialement à lui, y compris dans les Églises réformées.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://identitechretienne.roomforum.com
Admin
Admin


Messages: 95
Date d'inscription: 07/02/2008

MessageSujet: Re: Les différentes églises :   Ven 29 Fév - 3:36

Baptiste


Depuis le XVIIe siècle, le baptisme désigne le mouvement religieux suivi par les chrétiens qui refusent de baptiser les enfants car ils lient le baptême à une démarche consciente et explicite de conversion à Jésus-Christ, dans la droite lignée de l'évangélisme. Une Église authentique ne compte comme membre que les convertis ayant reçu le baptême d’adulte. En général l’Église locale est congrégationaliste (elle est autonome et ne dépend d’aucune institution supralocale) sous l’autorité de Jésus-Christ, mais elle peut faire également parti d’un système presbytéro-synodal.

Si le Baptisme est originaire d’Europe, il est vrai que la conviction baptiste s'est bien implantée et répandue en Amérique, les baptistes étant partis là-bas pour fuir les persécutions qu'ils subissaient sur le Vieux Continent.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://identitechretienne.roomforum.com
Admin
Admin


Messages: 95
Date d'inscription: 07/02/2008

MessageSujet: Re: Les différentes églises :   Ven 29 Fév - 3:37

Evangélisme


L’évangélisme, ou protestantisme évangélique, est le courant dominant du protestantisme conservateur. Il arrive fréquemment que l'on s'y réfère par d'autres noms, comme christianisme évangélique. Cet ensemble réunit des confessions du christianisme dans diverses Églises protestantes qui ont essentiellement en commun l'importance cruciale qu'elles accordent primo à la conversion personnelle, relevant d'un choix personnel, suite à l'expérience religieuse (la rencontre avec le Christ) et impliquant un changement radical de vie (« s'engager pour Jésus »), et secundo à une relation individuelle avec Dieu s'articulant très fortement autour de la lecture – généralement normative – de la Bible.

Le terme « évangélique », au départ simple adjectif découlant du terme « Évangile » (voyez la page d'homonymie), a été périodiquement appliqué à des groupes chrétiens, essentiellement protestants dès la Réforme, afin d'identifier ces groupes comme se voulant « évangéliques » (evangelisch) en les différenciant d'autres qui, du point de vue de ces premiers, le seraient un peu moins.

À partir de la fin du XVIIIe, ce terme (evangelical) commença à être utilisé dans le monde anglo-saxon pour désigner des groupements, internes au protestantisme cette fois, qui se distinguaient principalement tour à tour par leur piété, leur attachement à un réveil religieux ou à l'orthodoxie. C'est ce sens anglo-saxon qui s'est imposé en francophonie dans la seconde moité du XXe siècle (en France, vers la fin des années 1960). Le terme « évangélisme » désigne précisément cette tendance.

Aujourd'hui, le terme désigne de façon générique tous les groupes au sein des confessions protestantes (luthéranisme, presbytérianisme, anglicanisme, calvinisme, etc., et même, à la limite, certains catholiques) qui donnent une place importante ou prépondérante à la conversion personnelle, à la lecture de la Bible, et à l'engagement militant. D'autres groupes peuvent se rapprocher théologiquement ou sociologiquement (c'est le cas de certains catholiques) de cette tendance sans pour autant être évangéliques au sens strict.

D'un point de vue socio-historique, il apparaît que l'évangélisme peut être également défini par deux critères principaux : le revivalisme (qui englobe les conceptions sur l'importance de la conversion individuelle en tant qu'appropriation personnelle du salut) et la prétention à l'orthodoxie (autorité de la Bible et de sa pleine inspiration et défense subséquente des « vérités chrétiennes »).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://identitechretienne.roomforum.com
 

Les différentes églises :

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Les différentes Classes et professions des personnages...
» les visites des différentes classes existantes
» Différentes catégories de traitements
» Les différentes catégories d'éducateurs en Belgique
» les personnes ayant vécu des EMI seraient différentes

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
« La vérité vous rendra libre » :: -